Katia

Bonjour, je m’appelle Katia Prévost et j’étais un des trois cas du 1er juillet 2005.

L’IRM, test d’imagerie par résonance magnétique, a révélé que j’avais des lésions au cerveau. Mais le neurologue, sans pouvoir me dire que ça pouvait être les symptômes de la SP, m’a servi la théorie des hot-dogs. Il m’a expliqué que les nerfs étaient comme de longues chaines de saucisses, chacune enrobée d’un pain, et que, dans certains de ces pains, il y a des trous. Et il m’a retournée chez moi en me conseillant de garder la tête au frais…

Bonjour, je m’appelle Katia Prévost et j’ai des pains à hot-dogs troués dans le cerveau.

Deuxième poussée, juin 2005. Je marchais comme un robot désynchronisé ou comme si j’étais saoûle. Le chiropraticien que j’ai vu a confirmé que je n’avais pas de troubles moteurs, donc que c’était sûrement d’ordre neurologique. Lui a utilisé l’analogie des fils électriques. Les nerfs sont comme des fils électriques recouverts d’une gaine plastique (la myéline). Quand la gaine est trouée, l’électricité nerveuse ne passe pas ou passe mal, ce qui cause des symptômes neurologiques.

Bonjour je m’appelle Katia Prévost et j’ai des trous dans ma myéline.

Pendant les mois qui ont suivi, je me suis mise à avoir de plus en plus souvent l’impression d’avoir les pieds mouillés. Un engourdissement partant du bout de mes orteils jusqu’au milieu du dos s’est ensuite ajouté et m’a fait courir jusqu’à l’urgence. Quelque treize heures plus tard, un neurologue ouvre une chemise bleue et me dit : « Donc Mme Prévost, vous avez la sclérose en plaques… Quoi, on vous l’avait jamais dit? ». Non. Pas dans ces mots-là.

Bonjour je m’appelle Katia Prévost et j’ai la sclérose en plaques.

Au même moment où je me sentais soulagée, je me sentais complètement désespérée. Il m’a ensuite expliqué que c’est une maladie chronique, la mienne de type poussées-rémissions, et que j’allais devoir vivre avec ça pour le reste de ma vie.

Mais maintenant, je dis de ma SP ce que Michael J. Fox dit de son Parkinson : « Ma maladie ne me fera pas mourir, mais elle va mourir avec moi ». Et c’est à peu près la seule certitude qu’on peut avoir au sujet de cette imprévisible condition qu’est la sclérose en plaques.

Afficher les billets de Katia.