Adopter de bonnes habitudes de vie

Comme on ne peut rien faire pour empêcher le déclenchement de la sclérose en plaques, il est facile de penser qu’il n’y a rien à faire pour changer le cours des choses. Mais, en ce qui concerne la SP, ce n’est pas le cas. Une fois le diagnostic établi, il importe de faire quelque chose de positif pour soi afin de s’aider à reprendre sa vie en main. Il y a de nombreuses choses qu’on peut faire pour préserver sa santé et son bien-être. Voici quelques suggestions.

Bien manger

Certains régimes soi-disant efficaces contre la sclérose en plaques font la manchette, de temps à autre, mais la Société de la SP n’en recommande aucun en particulier aux personnes atteintes de cette maladie. Évidemment, bien manger peut contribuer à maintenir la meilleure forme possible. En pratique, les nutritionnistes recommandent globalement de consommer beaucoup de légumes, de fruits, de céréales entières, de produits laitiers à faible teneur en matières grasses, de viandes maigres, de volaille et de poisson.

Les personnes atteintes de SP se demandent aussi parfois si elles devraient prendre des suppléments vitaminiques ou des compléments alimentaires. Il n’existe aucune preuve de l’utilité de ces produits, à une exception près : la vitamine D. Des chercheurs étudient attentivement la possibilité que la vitamine D puisse réduire le risque d’avoir la SP. Étant donné la possibilité de carence en vitamine D dans la population – en particulier au Canada – de nombreux médecins croient que les personnes atteintes de SP pourraient bénéficier de la prise d’une dose quotidienne de cette vitamine allant de 1 000 à 2 000 UI.

Avant de recourir à des stimulants immunitaires, les personnes atteintes de SP devraient consulter leur médecin à ce sujet. Tous les produits naturels agissent d’une manière précise dans l’organisme. Il importe de savoir qu’ils peuvent provoquer des effets indésirables ou des interactions avec les médicaments sur ordonnance.

Il faut éviter les régimes à la mode et les « remèdes miracles ». Avant d’apporter des changements draconiens à son régime alimentaire ou d’augmenter sa consommation de vitamines, il importe de consulter son médecin ou un nutritionniste.

Dormir à des heures régulières

La fatigue est un symptôme courant de la SP et elle sera accentuée si on n’a pas de bonnes habitudes de sommeil. (On trouvera plus de détails à ce sujet dans la section « Prise en charge de la fatigue ».)

Faire de l’exercice

L’exercice peut aider les muscles à compenser pour certains des effets de la SP, comme la faiblesse musculaire, les tremblements, les pertes d’équilibre et les anomalies de la démarche. Il est bon d’essayer de faire de l’exercice trois fois par semaine, à raison d’une vingtaine de minutes chaque fois. Par exemple, on peut faire une promenade après le souper ou faire des choses plaisantes  qui s’intègrent bien dans son horaire.

Mais attention, il importe de ne pas dépasser ses limites et de boire beaucoup d’eau parce que, si la température du corps augmente trop, les symptômes peuvent empirer. Lorsqu’il fait chaud, il est préférable d’aller nager ou de s’’entraîner dans un centre climatisé.

Voir le médecin régulièrement

La SP ne  met personne à l’abri d’autres problèmes de santé. Il est donc important de subir un examen physique chaque année. Le médecin peut aussi aider à soulager les symptômes de SP.

Faut-il éviter de boire de l’alcool?

Il importe de consulter d’abord son médecin à ce sujet, mais à moins qu’il ne l’interdise, un petit verre à l’occasion, en bonne compagnie, ne devrait pas faire de tort. Cependant, il faut savoir que l’alcool peut intensifier la fatigue et aggraver les troubles de l’équilibre et de la vessie. Dans ce cas, il est préférable de limiter sa consommation d’alcool.

Quand on prend des médicaments, quels qu’ils soient, il convient de vérifier avec son médecin si on peut boire modérément, sans risque. Il n’est jamais recommandé de boire en quantité excessive. La modération a bien meilleur goût!

Prise en charge des aspects physiques de la SP